Die Drôme                                                               

2016

Maîtrise d’Ouvrage privée
Etudes Mars-Décembre 2015
Chantier Février-Juillet 2016
100 m²
151000 € HT hors chauffage solaire

Extension d’une maison dans une grange

 

La maison existante, construite en 1914, a de l’allure.
Avec ses toits pentus et son architecture atypique, elle offre des espaces pleins de charme mais exigus.

Il s’agit donc de réaliser une extension afin d’aménager une pièce de séjour plus spacieuse d’environ 30 m2 et un jardin d’hiver pour abriter une collection de plantes exotiques.

Du fait de sa hauteur et son orientation, la maison fait trop d’ombre à l’emplacement imaginé au départ par le maître d’ouvrage. De plus, la nouvelle construction viendrait interrompre la belle unité du jardin avec ses grands arbres qui filent derrière la grange.

Un autre projet voit le jour : inclure la grange dans le projet d’ensemble plutôt que de “s’en occuper plus tard” et la relier à la maison par une grande galerie-jardin. Un grand séjour puis finalement une chambre et une salle de bain sont créés à l’étage tandis qu’au rez de chaussée, les attentes sont réalisées pour l’accueil futur d’un atelier de céramique, d’un lieu de stockage et au fond de la grange, d’un petit logement indépendant sur deux niveaux.

La toiture et les murs de la grange sont légèrement rehaussés pour permettre le passage de la coursive.
Ces travaux permettent une reprise et une consolidation de la maçonnerie devenue fragile à l’étage.

Une grande ouverture est réalisée en façade Est pour ouvrir la vue depuis le séjour sur la montagne majestueuse qui domine Die.

Un enduit monocouche de finition vient finir de protéger les façades. La toiture de la grange est reprise à neuf et couverte à l’identique avec des tuiles de Saint Vallier.

A l’intérieur, l’isolation est traitée en laine de bois et chanvre et les doublages en Fermacell. La galerie est constituée d’une structure en bois douglas non traité avec des poteaux moisés fixés sur patine en acier galvanisé. Les menuiseries sont réalisées par un serrurier local en acier brut vernis qui viennent trancher avec les fenêtres et les portes de la grange, traitées elles en mélèze lasuré incolore.

La toiture de la galerie de liaison est indépendante des autres toits. Couverte d’un bac acier de couleur zinc elle vient délicatement se glisser sous le toit de la grange.

Au sol, sur le balcon comme dans la coursive, un même parquet d’extérieur en bambou de couleur sombre viendra mettre en valeur les plantes à venir, tandis qu’un lattis en douglas éclaire la sous-face de la coursive.

Au final, la grange qui paraissait écrasée par la hauteur et le raffinement de sa maison “maître”, reprend discrètement une juste échelle par rapport à la maison. Des liens sont retrouvés entre les éléments du patrimoine bâti, le jardin et paysage tout autour.

Avec sa toiture indépendante, la grande coursive vitrée ouvrant au bout sur un balcon extérieur devient comme un trait d’union qui révèle les lieux. Les circulations sont rendues fluides et à travers la galerie, on est dans les deux sens transportés comme sur un grand ponton au-dessus du paysage, entre les arbres, magnifiques, à l’avant et à l’arrière du grand jardin.